Mes humeurs

21 mai 2005

Aux inconnus je donne cette impression de les regarder en les toisant d'un air de dire " ce que tu vois c'est ce que je suis , tu peux me dévisager ca m'atteind pas " et je joue ce rôle de LA fille en adéquation avec ce qu'elle est , c'est un petit jeu que j'ai mis en place naturellement pour me protéger , montrer à ces inconnus que je les méprise . Je me protège beaucoup , de quoi ? de qui enfin ? La question ... Cette putain de question . Je me protège d'eux , je me protège de leurs regards et de leurs remarques à mi-voix où parfois de leurs insultes , je me protège de la société qui nous pond des modèles imposables à tout va . Je me débat pour qu'on me respecte un peu , qu'on respecte ma différence . Un combat que je partage avec tout un tas de gens , mais le combat est presque réduit au silence par les paramètres , la bienséance , les règles , la "normalité" . Et moi j'ai mal parce que je suis bien incapable de savoir qui je suis , je souffre en silence . Ils n'ont pas idée de ce que je ressens . Comme des simples mots , un amoncellement de mots , qui forment des phrases , comme ces phrases à la con peuvent blesser quelqu'un qui se tue à essayer de se construire . Il n'ai pas question de changer ma façon d'être , de me montrer , pas question ca fait parti de moi c'est ma seule certitude . Mais pourquoi j'avais presque réussi à m'assumer un minimum , à toiser ces fils de **** , pourquoi je redeviens si fragile à présent ? Le semblant de confiance en moi que j'avais réussi à m'approprier , je l'ai fumé en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire . C'est comme ca , tout te tombe dessus en même temps , les problèmes familiaux , les relations qui se dégradent , des liens qui se coupent , le lycée que je plaque ... Et puis tu obtiens ce qui en résulte : La colère infinie , les envies de meurtre , les envies de suicide , la perte quasi-totale de la confiance en soi , une rage desespérée qui s'acharne a piller , manger , déchirer et broyer ce que tu avais entrepris de construire . Et tu souffres en silence , tu crois digérer mieux en te coupant , tu crois que tu t'aimera mieux en te droguant . J'en ai ma dose de cette folie qui s'empare de tout controle , j'en ai mal , j'en crève . Juste changer de peau , juste changer de corps et d'esprit , ne plus être moi .image_pr_blog    

Posté par 101melancolies à 14:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 mai 2005

[ Untitled ]

Sans véritablement regarder de plus près je savais que je souhaitais ressembler à ces actrices qui fascinent par leur univers sombre et leur clope pincée entre les lèvres , ces filles au coeur pressé dans un étau de velour agencé par les paillettes , la célébrité et l'admiration . Je sentais que je voulais incarner une actrice sombre et mortellement attachante , franche et sans concession . Bloquée dans mes rêveries je me suis ignorée , laissée crever de fatigue dans un coin de mon cerveau , le coin où les autres ne vont pas , où les bêtes des enfers soutterrains crèchent . J'idéalisais ces filles-papier glacé , belles dans le mystère . Je leur trouvais un charme fou , le petit quelque chose qui fait mouche , l'attitude et la foi en le rock'n'roll . Mais moi dans tout ces mirages je n'y voyais que de la pluie , une pluie qui sans cesse déversait en moi sa merde , dans ma tête . J'étais souillée jusque dans la plus petite émotion , salie , recluse dans mon ombre à laisser filer le temps et les amant/amantes potentiel(le)s . Mon coeur -cette raclure de fond de caniveau- me laissait dans le doute , je ne comprennais jamais rien à son language de sorcier , je n'y ai jamais rien compris et je n'y comprend toujours rien . Mon coeur qui se débattait comme un chien pour ne pas finir par exploser sous tant de beauté , de compassion , de rage , de colère , d'amour , de peine et d'infini desespoir . Tout ca parce qu'un matin je me suis levée en me sentant différente , comme un coli-poste en matière organique , qu'on a pondu à la va-vite et qu'on aurai peut être jamais dû pondre . Tout ca parce qu'un jour on m'a dit " t'es moche " , " tu n'es rien " et que ce " t'es moche " a perduré dans le temps . Tout ca parce que je me sentais comme un projet tué dans l'oeuf . Un jouet plein de promesses qu'on aurai aimé et qui aurai déçu . De petite fille timide mais fandarde dans l'intimité je suis passée au rôle de Clown triste , endossant divers décors absurdes pour masquer le bordel , mettant leurs putains de masques pour une existence-plastique , mais à utiliser des cache-misères à foison on fini par se perdre soi même , et on ne trompe dès lors plus personne . C'est le récit d'un instrument mort , c'est le récit de celle que je vais essayer d'étouffer un peu plus . Cette fille en moi qui n'en est pas une , qui manie bien la danse de la lame les soirs de crise mais qui manie déjà beaucoup moins bien sa féminité , celle en moi qui joue à la roulette russe émotionnelle depuis bien trop longtemps . Je suis tout en mots , j'ai une âme , fendillée de toutes parts parce que pas "comme il faut" et parce que "manque affectif" . Salie de long en large je tâte pour trouver un chemin à l'ébauche d'un avenir où tout me réussit .status_psychadelic__by_dromevil

Posté par 101melancolies à 22:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]